pollinactions

knowledges and technics pollination

 

“Life without love, is no life at all”
Leonardo da Vinci

 

« Il y a des médias parce qu’il y a altérité (…) »
Dieter Mersch
Théorie des médias, une introduction

 

« Nous n’avons pas le courage d’habiter la norme, ni d’être normatif ou encore capable de tenir la norme. Mais au contraire, soyons trop fragiles, sensibles.
C’est par la fragilité que la révolution est mise en œuvre. »
Paul B. Preciado

 

pollinACTIONS

 

L’élan plastique du présent serait le mouvement des existences qui ne se laissent pas “planifier”, comme on ne planifie pas la pousse d’une plante ou l’apparition d’un nuage. Le vivant répond à des fluctuations temporelles qui acceptent mal les systèmes de production capitaliste qui oeuvrent à une destruction massive de notre environnement.
Nous pourrions envisager l’extrême fragilité de traverser le monde sans perdre sa sensibilité, son altérité, en résistant par tous les moyens possibles à la planification de la planète, à l’organisation de nos vies, à la réduction du sensible et de la vie, à des lignes de comptes et de gestions.
Nous pourrions découvrir une perception innée de la matière et savoir comment la manipuler, la tisser, la transformer, à la manière de l’animal, de la plante ou du minéral.

This brings us to define art as expanded to a sensitive awareness of life on earth, and all its constantly transformable, elusive living matters, driving us to focus, even to combine and transmute arts within scientific processes inviting to imagine, to create new possible communities on a damaged planet.

This damaged planet is obviously ours, suffering «ecological, economical, relational and political»
En s’appuyant sur les recherches de l’anthropologue Anna Lowenhaupt Tsing (humusités, aéro-pollinisations, résiliences), et des philosophes des sciences Bruno Latour (anthropocene studies) et Bernard Stiegler (digital studies, néguanthropocène), ainsi que sur la pensée « Médialité » du théoricien allemand des médias Dieter Mersh, pollinACTIONS sera un lieu hybride, base d’une création collective, et de fictions spéculatives et politiques, de fabulations scientifiques ou mytho-poétiques pour traverser les frontières en deçà des divisions binaires entre l’humain et le non-humain, l’individu et la société.

Pour incarner et pratiquer ces nouvelles orientations nous proposons à plusieurs entités de se connecter pour construire un scénario collectif et évolutif. Ils-elles agiront dans 4 laboratoires de pollinACTIONS, ouverts et partagés, proposant un ensemble de pratiques expérimentales des arts en relation avec les technologies, les sciences ainsi que des modes d’actions, de transmission, des façons de faire, surtout de penser avec le vivant, les plantes, les abeilles et notre environnement de proximité, local.



en_GBEnglish
fr_FRFrench en_GBEnglish